Un peu d'histoire de la glace italienne

Il y a deux mille ans, la glace existait déjà en Chine et au Moyen-Orient.
Des récits parlent d'un mélange de fruits et de neige appelé "sharbet" ce qui signifie simplement "glaçon fruité" en arabe, qui était très prisé des khalifes de Bagdad. On retrouve cette première technique de fabrication de glace à la cour d'Alexandre Le Grand.

Marco Polo rapporte une sorbetière de Chine et l'Italie découvre les "sorbetti". La ville de Florence est traditionnellement considérée comme le berceau de nos glaces.

Rapidement à la mode chez les nobles italiens, les glaces italiennes se sont propagées dans la cour du Roi, puis en France, notamment grâce à la Florentine Catherine de Médicis, épouse d'Henri II.
Peu à peu le succès des glaces s'étend...

En 1660, le Sicilien Procopio di Coltelli ouvre à Paris le premier café, où l'on peut déguster des glaces : 80 parfums tous plus étonnants les uns que les autres (rose, sureau, fleurs d'oranger grillées...).
Face à l'énorme engouement du public, en 1676, la corporation des limonadiers reçoit officiellement le droit de fabriquer des glaces.

A la fin du XIXème siècle, les émigrants italiens apportèrent leur glace en Amérique et en Angleterre. C'est l'époque des premiers marchands de glaces ambulants, aidés par les progrès notables en matière de conservation.
En 1862, lors de l'exposition universelle de Londres, l'ingénieur français Ferdinand Carré présente une machine permettant de fabriquer en continu des cubes de glace (200 kg/heure). Quelques années plus tard, Charles Tellier invente la première armoire conservatrice.

En 1904, lors de l'exposition universelle de Saint-Louis, aux Etats-Unis, apparaissent les premiers cornets. Vingt ans plus tard, les bâtonnets inventés par l'américain Christian Nelson débarquent en France.
En 1929, l'américain Clarence Birdseye met au point le principe de la surgélation.
Au fur et à mesure les glaces italiennes se sont adaptées aux cultures et aux modes de production, pour aboutir à notre glace soft d'aujourd'hui.

Procédé de fabrication

Le savoir-faire d'ALINOR permet de développer des recettes de mix à glace et de vous offrir ainsi une large palette de parfums de soft, qui se conservent à température ambiante avec une DLUO allant jusqu'à 3 ans (produits stérilisés).

  • 1. Choix des ingrédients et des recettes

Le bon goût vient avant tout du bon ingrédient : purée de fruits, crème de nougat de Montélimar, pâte de speculoos, chocolat Bari, caramel à la fleur de sel de Guérande ... Nous apportons notre plus grand soin aux choix des matières premières du mix TRIOMPHE. Notre laboratoire teste et améliore régulièrement nos recettes afin de "coller" aux goûts et aux exigences du marché, c'est ainsi que nous avons dévellopé la gamme frozen yogurt ou encore la fameuse gamme PREMIUM.

  • 2. Pasteurisation

La pasteurisation est un procédé par lequel les ingrédients sont chauffés à 80°, puis refroidis rapidement. Sous l'effet de la chaleur produite, le seuil de thermorésistance des bactéries pathogènes et de celles qui causent la détérioration des aliments est dépassé. La pasteurisation réduit de manière significative le nombre de micro-organismes dans la préparation pour glace à l'italienne pasteurisée. Le mix à glace est ensuite rapidement réfrigéré afin de prévenir la multiplication des bactéries qui n'ont pas été détruites.
La pasteurisation est utilisée pour : améliorer la qualité microbienne du mix à glace, prolonger sa durée de vie et préserver ses qualités organoleptiques.

  • 3. Homogénéisation

Lorsque le mélange a été pasteurisé, et pendant qu'il est toujours à une température élevée, on le soumet à une forte pression. L'homogénéisation est utilisée pour briser les globules de gras en de plus petits globules et ainsi mélanger intimement le lait, le gras du lait, son sucre, et ses autres solides. Le mélange est alors plus beau, meilleur, et plus onctueux. Les particules ainsi "lissées" confèreront au mix les qualités nécessaires à la production d'une glace soft au foisonnement optimisé.

  • 4. Stérilisation

Le mix à glace est conditionné puis stérilisé afin de pérenniser la bonne conservation du produit. Le but de la stérilisation est d'éliminer tous les germes qu'ils soient pathogènes ou non.
De par ce procédé, la boîte 5/1 et la poche stérilisées ont l'avantage de se garder, en emballage fermé, pendant 3 ans.

Votre fabrication ou procédure d'entretien pour machine

La marque de mix TRIOMPHE, fabriqué par ALINOR, est ainsi une préparation liquide pour glace à l'italienne de qualité. Nous vous avons fourni le mix, c'est maintenant à vous de fabriquer une belle glace soft pour vos clients. Pour une utilisation optimum de votre machine à glace, nous vous recommandons le programme d'entretien et d'utilisation suivant. Cliquez ici pour en savoir plus.

Glace et nutrition

(Source : Syndicat des Fabricants Industriels de Glaces, Sorbets et Crèmes Glacées) Intégrés dans une alimentation équilibrée, les glaces, sorbets et crèmes glacées présentent de nombreux atouts !

Du calcium pour les crèmes glacées

Une portion de crèmes glacées de 125 ml apporte environ 100 mg de calcium (contre 118 mg dans 100 g de lait). Le calcium est nécessaire à la croissance, la solidité des os et des dents. Chaque jour, un enfant a besoin d'environ 1200 mg de calcium.

Des vitamines pour les sorbets

Réalisés à partir de fruits, les sorbets apportent des vitamines, notamment la vitamine C. Une façon ingénieuse et savoureuse de faire consommer des fruits aux petits comme aux grands.

L'énergie pour tous

Véritables "anti-coup de pompe", les glaces, sorbets et crèmes glacées contiennent des glucides à absorption rapide qui permettent de restaurer les taux de glycémie. Par exemple, après une séance de sport, une "pause glace" permet de recharger agréablement les batteries.

Et les calories, et les matières grasses ?

Contrairement aux idées reçues, les glaces, sorbets et crèmes glacées font partie des desserts relativement peu caloriques. Il y a autant de calories dans une pomme (15 g = 76 kcalories) que dans un bâtonnet de sorbet, deux boules de sorbet ou une boule de crème glacée. Quant aux matières grasses, la plupart des glaces en contiennent moins de 10% et parfois même pas du tout. C'est le cas des sorbets et des glaces à l'eau.